Les Jardins Partagés, culture du Vivre-Ensemble

25 avril 2019

Bibliographie

Bibliographie

- Jacques Magand et Pierre Depras; Histoire des jardin de Volpette à Saint-Etienne; decembre 2005, Dumas-Titoulet Imprimeurs -55 pages

Sitographie:

-"Michel" Liz Christy, mère du premier jardin communautaire [en ligne] Potager d'antan, 13 fevrier 2016 disponible sur https://potagers d'antan.com

-Gina Bertrand Jardins partagés Mairie de Chorges [en ligne] 10 novembre 2016 disponible sur www.mairie-chorges.fr

-Ville de Gardanne; Jardins partagés site de la ville [en ligne] derniere mis à jour 5 avril 2019 disponnible sur www.ville-gardanne.fr

- Le blog des Jardins de Volpette [en ligne] derniere mis à jour 23 avril 2019 disponnible sur http://www.jardins-volpette.net

-Mikaël MIGNET; Des jardins où les personnes en situation de handicap s’épanouissent;[en ligne] Le Progrès publié le 26 juin 2016 disponnible sur https://www.leprogres.fr/loire

 

Posté par BTSGPN2018 à 12:51 - Commentaires [0] - Permalien [#]


Mentions légales

Merci de lire attentivement les présentes modalités d'utilisation du présent site avant de le parcourir. En vous connectant sur ce site, vous acceptez sans réserve les présentes modalités.

 

Présentation :

Mon blog sur les jardins a été créé sur le site et hébergé sur Canalblog dans le cadre du Module M51 "Expression, Communication et Documentation" au sein du Lycée d'Aix-Valabre, son adresse est la suivante : 

Lycée d'enseignement général et technologique agricole Aix Valabre

Chemin du Moulin du Fort, 13120 Gardanne

Téléphone: 04 42 65 43 20.


Redacteur en chef du blog : Mr Julien Florquin élève en BTSA GPN.

Responsable de la publication :Mr Joseph WEINZAEPFEL directeur de l'établissement.

La structure générale ainsi que les logiciels, textes, images animées ou non, son savoir-faire et tous les autres éléments composant le site sont la propriété exclusive de Julien Florquin

Par ailleurs, l’utilisation des informations contenues sur le présent blog relève de la seule responsabilité de l’utilisateur. Nous ne pourrions en aucun cas, et pour quelque cause que ce soit, en être tenus pour responsables, et ce, quelque en soit les conséquences. Nous ne sommes responsables d’aucune erreur ou omission sur le présent site.

 

Posté par BTSGPN2018 à 10:12 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Un jardin potager à la résidence

Chaque année des étudiants de GPN ( Gestion et Protection de la Nature) et d'APV (Agronomie et Production Végétale) se retrouvent autour du jardin potager à la résidence étudiante du lycée Valabre.

Mia, étudiante en 1ère année de GPN a decidée de participer à la vie du jardin. Elle  y cultive depuis cette année, pommes de terre, oignons, menthe ainsi que de la ciboulette sauvage. Cela lui permet de produire et consommer ses propres légumes au lieu des plâts d'étudiants  (pates, conserves,...) mais avant tout de paratger !

"Jardiner à la résidence c'est surtout pour passer du temps avec les autres, ça nous fais une passerelle pour communiquer au début et avec le temps on finit par vraimment partager quelque choses...comme une tomate à midi par exemple." confie-t-elle.

N'y connaissant rien en jardinage elle à pût apprendre de nombreuses choses avec l'aides des deuxième année plus experimentés;

"Ca nous permet aussi d'apprendre des autres et de leurs apprendre des techniques en retour. Outre un potager, c'est un lieu de partage avant d'être un lieu de production." conclue-t-elle.

Guillem qui est dans la même promo à lui aussi franchis le pas. Il débute également et essaye de cultiver ce qu'il peut à savoir poireaux sauvages de la St Baume, du thym et romarin ainsi et c'est osé du mais ! Mais celui-ci à un objectif en tête: changer de mode de consomation !

"J'essaye de limiter la consomation des produits des grandes surface, car je ne sais pas d'où ils proviennent, n'y ce qu'ils contiennent et à qui ils profitent réellement" explique-t-il.

Même des courges miel sont cultivées ! (Photo Julien Florquin)

Posté par BTSGPN2018 à 09:53 - Commentaires [0] - Permalien [#]

24 avril 2019

Un jardin partagé en pays "Caturiges"

Virginie arrivée en decembre 2018 sur la commune de Chorges dans les Hautes Alpes(2500 habitants), décide debut mars d'integrer les "jardin partagés" recement crées par la mairie. Situé à 1 km du village de 2500 habitants, les jardins se touvent sur une zone humide située à proximité d'une rivière et d'une station d'épuration.

Celle-ci n'a eu aucune difficultée a y entrer, 16 parcelles ayant été attribuées sur les 21 existantes. N'ayant pas de jardin et souhaitant profiter en famille d'un lopin de terre en voyant l'annonce dans le bulletin celle-ci n'a pas hésitée une seul seconde.

"J'aime l'esprit de partage, me faire du bien, toucher la terre, pouvoir cultiver faire porter les fruits en plus l'etat d'esprit est sympas et c'est stres interessant socialement parlant."

La parcelle qu'elle possède mesure 60 à 70 m2 de surface, elle y cultive citrouilles, courgettes, tomates et radis fleurs et envisage même de planter des pimens!

Les produit chimiques sont interdits, terreau, fumier et autres produits naturels les remplaces. Des copeaux de bois sont attribués par la communne ainsi que du crotin de cheval très bon engrais ! En revanche les barbecues sont interdit en raison des risques incendis, les adhérents n'ont pas de cabane et la cotisation est de 30 euros à l'année (accès à l'eau compris).

Le fameux jardin en mars-avril 2018 (Photo Virginie)

Cette endroit intergénérationnelle où se cotoyes retraités, jeunnes couples ainsi que des famille avec enfants permet un espace de libértée pour ceux-ci. 

"Le vivre ensemble y marche bien, chacun cultive sa parcelle de son coté mais il y a un partage de pratiques et d'outils qui plaî bien à Virginie. D'ailleurs un retraité à décidé de créer un blog pour centraliser toutes ces pratiques discutées.

"Je ne connais rien à la permaculture mais je vais m'y mettre j'ai un bouquin dessus." 

Le côté familliale quand à lui reste très important pour Virginie:

"Je n'ai pas beaucoup de temps pour moi avec les enfants ,mais dès que l'occasion se présente je les emmène au jardin pour qu'ils voient pousser les plantes et qu'ils m'aide. Je ferais ce que je peux mais je pense que c'est un bon compromis pour ce faire du bien dans le respect de la nature".

Posté par BTSGPN2018 à 22:59 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Liz Christy à l'origine des jardins communautaires

Il faut remonter dans les années 70 en plein coeur de New-York, le pays est durement touché par la crise et de nombreux immeubles sont délaissés par leur propriétaire. Menacant de s'effondrer ils sont rasés par la ville créant de nombreux terrains vagues.

C'est alors qu'une jeunne étudiante, Liz Christy, désolée de voir ces nombreux trous béants décide avec ses amis artistes d'y remmetre du vert. Pendant que certains peignent des plantes sur les murs d'autres utilisent des bombes à graines (les terrains étant grillagés). Le mouvement Green Guerilla était née ! Son objectif faire prendre conscience aux new-yorkais du potentiel de ces friches pour en faire des lieux de verdure et de vie en commun. Ainsi en 1973 le premier jardin communautaire de l’histoire et qui porte encore aujourd'hui le nom de sa fondatrice est crée.

 

liz-christy

Liz Christy en 1973 dans son jardin de Lower Esast side (photo: Donald Loggins)

Posté par BTSGPN2018 à 17:39 - Commentaires [0] - Permalien [#]


On jardine entre amis au jardin des Platanes !

Le jardin des Platanes c'est 104 parcelles à Côte Chaude divisée en deux terrains: un de 80 parcelles (la partie haute) et le reste sur la partie basse.

Retrouvons Louis, qui déjà de bon matin, profite de son jardin en y faisant de petits travaux. Voilà 14 ans que ce retraité possède une parcelle dans la partie basse des jardins "Le contacte est plus humain" nous confie-t-il "plus on est nombreux moins clui-ci est solide" ajoute-t-il. Ce monsieur s'occupe en prenant un malin plaisir à y cultiver oignons, carrotes, côtes de blette, salades...et des fleurs pour sa dame !

Mais déjà les jardins se réveillent et ses amis jardiniers arrivent; une question me vient alors en tête. Que vous apporte ces jardins ?

"Rien que le goût des légumes on peut plus s'en passer... Mangez une tomate de votre jardin et celle du supermarché, vous allez voir la différence !"

En plus pas besoin d'avoir de l'experience pour avoir quelques fruits et légumes comme en témoigne Jacques le vice président de l'association.

"Avant d'arriver ici je ne savais même pas bécher ! C'est mon voisin Simon qui m'a appris."

Cependant patience et travaille physique sont nécessaires mais ces jardiniers ont une manière bien à eux de travailler:

"Ca c'est sûr, on a pas besoin d'aller à la ville faire du sport !" précise l'un deux. "Faut ce faire plaisir, on travaille 1 heure et on discute 3 heures" ajoute un autre, sur le ton de la rigolade.

Mais ho fait je ne vois que des jardiniers ici , où sont les femmes ? Celles-ci sont de plus en plus nombreuses d'ailleurs en voilà une ! Jeanne qui est là depuis 1995 nous confie ses débuts difficiles et quelques conseils...

"Faut avoir du carractère et être juste avec tout le monde pour que ton point de vue soit respecté." confie-t-elle.

Quand à la permaculture, c'est un therme inconnu pour ces personnes qui ont appris et choisi de travailler la terre de la même façon pendant des années. "Ca nous parrait bizzard" explique Jeanne qui à tout de même franchis le pas en faisant pousser des semis dans des bouteilles.

"On esseye de faire des choses le plus naturelement possible, les produits c'est fini même la bouillie bordelaise c'est pas terrible à cause du cuivre..."

Photo Julien Florquin

De gauche à droite Jacques, Louis, Bello et Bathelemy se retrouve chaque matin au jardin. 

 

 

 

 

 

 

 

Posté par BTSGPN2018 à 17:07 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Handi Jardins 42

Voilà 12 ans que cette association stéphanoise basée dans les jardins familiaux des Platanes permet aux personnes non valides de jardiner en toute autonomie et qui plus est dans la convivialitée !

Fondée en 2005, l'association s'appelée avant le "Trefle à 4 feuilles" et possédait plusieurs sections dans la Loire et le Rhône, celle-ci n'a cependant durée que 3 ans en raison du manque de bénévoles. C'est l'actuel président, Mr Garoux, qui possédait déjà une parcelle depuis 20ans et était administrateur à la fédération des jardins familaux de la Loire qui a tout naturellement repris le flambeaux. Aujourd'hui un peu plus 45 personnes en situation de handicap viennent s'adonner à "l'horti thérapie" qui existrerai depuis des siècles et consiste à se soigner par le jardinage.

Les structures partenaires comme le SAVS (Service d'Accompagnement à la Vie Sociale), le SAJ (Service d'Accueil de Jour) le Mas des Tulipiers de Firminy se déplacent tout les mois au jardin spécialement aménagé pour eux. Une partie dispose de bacs de 5m de long sur 1 de large conçu pour les personnes handicapés moteur, un est d'ailleurs en construction cette année portant à 8 leur nombre. Une autre partie en pleine terre permet à quelques personnes non voyantes de fréquenter le jardin sous l'égide de l'APF (Association des Paralysés de France).

La solidaritée est bien présente comme  nous explique Mr Garoux "Il y a un partage entre les personnes valides et handicapés, c'est d'ailleurs les personnes non valides qui accueillent celles valides."

Gilbert Garoux président et fondateur de l'association (Photo Julien Florquin)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Du 21 au 24 mai prochain des portes-ouvertes auront lieu l'après-midi au jardin pour accueillir aussi bien des écoles, des familles et des associations.

Contact Handi Jardin 42 15 Rue des Potagers à Saint-Etienne Tél 04 77 34 06 35

Posté par BTSGPN2018 à 15:08 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 avril 2019

Jardins familiaux de Malacussy, un cas particulier

Partons à la rencontre de Corinne, 50 ans, qui possède depuis plus de 6 ans un lopin de terre aux jardins familiaux de Malacussy en péripherie de Saint-Etienne, où elle y cultive fruits et légumes de saison et s'y ressource.

C'est un "vrai retour à la nature" pour cette citadaine qui possède un appartement en centre ville et qui peut ainsi profiter de son jardin le soir en sortant du bureau et y passer tout l'été. "Je peux m'évader de la ville, dejeunner au calme plutôt qu'être enfermée chez moi devant la télé." confie-t-elle.

"C'est un petit peu entre le camping et le jardin"

Géré par l'association des Jardins de Malacussy, cette section possède 68 parcelles et à la particularitée par rapport aux nombreuses autre existantes sur la ville d'être un terrain privé. Les adhérents ont donc la chance de disposer chacun d'un cabanon aménagé avec eau et electricitée, une vrai residence secondaire !

L'on peut donc imaginer les diffficultées d'accès à ces jardins qui se transmettent de génération en génération, à moins que vous connaissiez deux personnes y possèdant un jardin qui pourrons vous parrainner.

Comme dans tout les jardins, un reglement très stricte s'applique, la consomation d'eau et généralement surveillée, les haies taillées et 2 contrôles ont lieu par ans. "Ils vérifient en mai si tu as bien commencé à faire ton jardin et en juin si tu l'a entierement béché et évacué les déchets de l'hiver." précise-t-elle.

Corinne au côté de son cerisier, pilier du jardin ! (photo Julien Florquin)

Le therme jardin familiaux prend tout son sens ici, pour exemple sa copine florianne possède une parcelle, ainsi que ses parents, son oncle et sa tante, sa cousine et ses grands parents ! Quand aux enfants, futurs jardiniers, leur place dans les jardins est importantes, l'apprentissage ce fait en famille et un terrain de jeux a été installés rien que pour eux !

"Le monde a trop évolué d'un coup, les gens sont blazzés et veulent revenir à des choses simples"

Ces jardins qui connaissent un phénomène de mode, demontrent qu'il est possible de vivre autrement en cultivant sans contraintes et dans le respect de la nature ses propre fruits et légumes. "Je cultive des pommes de terre, des courgettes, des tomates,[...] je fais également des coulits de framboises et des confitures de pommes, groseilles et cerises." enumère-t-elle fierement. La solidarité et le vivre ensemble sont également bien présents dans ces jardins où les haies sont taillées afin que chacun ne reste pas enfermé dans sa parcelle "L'année dernière mon voisin voyé que je pinaillé à tailler ma haie, il est venu m'aider". Enfin des espaces conviviaux sont crées comme la salle des fêtes où chaque année les adhérents se retrouve pour fêter le 14 juillet, la fête des voisins ou encore Halloween !

Posté par BTSGPN2018 à 13:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

19 avril 2019

Les jardins de Volpette aujourd'hui

"La raison d'être de l'Association des Jardins de Volpette n'a pas changé depuis ses débuts en 1894: savoir donner à un maximum de famille l'occasion d'améliorer son quotidien matériel et de bien être en s'occupant d'un lopin de terre dans une des sections de l'Association"

Tels sont les mots du président dans l'édito du 63ème bulletin de l'association, perpetuant ainsi cette tradition instauré par l'abbé Volpette il y a 125 ans. Avec environs 1200 jardiniers à son bord repartis sur 44 sections sur Saint-Etienne, elle est sans aucun doute l'une des plus importante de la region au côté de la Fédération des Jardins Familiaux.

70 % des terrains sont mise à disposition par la ville et le reste est loué ou cédé par des bayeurs privés.

jardins Volpette

Y a t'il des problèmes sociaux liés à la religion ?

"Même si au départ la religion avait avoir là dedans, tout proselitisme religieux est maintenant banis dans les jardins."

Quel est la moyenne d'âge des adhérents ?

"La moyenne d'âge est de 50 ans ce qui correspond à des jeunnes retraités mais on constate "un turnover" à savoir un renouvellement des adhérents avec des génération qui arrivent qui n'ont jamais jardinées et qui ne restent pas." 

Que pensez-vous des jardins partagés ?

"Dans le contexte actuel c'est plus compliqué...lesgenscherchent avant tout à cultiver leur propre parcelle"

La permaculture se développe dans les jardins ?

"Ce n'est pas la vocation des jardins et on ne veut pas que ce soit brandit comme l'unique solution. Le zero phyto est bien sûr interdit après on impose rien à condition que ce soit présentable"

Et le vivre ensemble ça fonctionne ?

1 à 2 fois par ans les gens organisent des repas et se retrouve ensemble et crée du tissu social. L'objectif du père Volpette était au départ de faire sortir les hommes des bistreaux et leurs permettrent de guarder leur dignitée en apportant quelque chose à la maison". Le tissu social n'étais pas un problème à l'époque, les gens vivaient dans la rue, discutaient...

 

Posté par BTSGPN2018 à 18:52 - Commentaires [0] - Permalien [#]

Un peu d'histoire

Remontons en 1894, la region stéphanoise et plus généralement la France sont plongés dans une crise économique.

Le père Félix Volpette (1856-1922) qui vit cette crise en distribuant avec son collège des soupes et des bons de pain trouve l'inspiration en lisant le journal. En effet à Sedan, une certaine Mme Hervieux loue ses terres pour le jardinage à des chômeurs.

L'idée est bonne d'autant plus que la majoritée des ouvriers de l'époque proviennent des campagnes et savent donc déjà jardiner.

Les premiers jardins sont ainsi crées à l'ouest de la ville au dessus de la gare du Clapier comprenant 5 hectars de champs loués permettant de nourrir 98 familles.

L'idée de ces jardins est reprise dans de nombreuses grandes villes comme un Dunkerque où l'abbé Lemire et le docteur Lancry créent l'appélation "jardin ouvrier" et fondent la Ligue Française du Coin de Terre et du Foyer en 1896.

A l'occasion 1er juillet 1901 parait la loi sur les associations et quelques jours plus tard "l'Association pour le Jardin et le Foyer de l'Ouvrier". Les "champs" deviennent des "sections" et "les chefs de section" font le lien entre les jardiniers et le bureau composé de 15 membres bénévoles.

"Je m'arrêterai à milles jardins" avait confié le père Volpette. A sa mort le 21 septembre 1922, pas moins de 1500 jardins étaient crées.

abbe-volpette

Posté par BTSGPN2018 à 17:10 - Commentaires [0] - Permalien [#]